JANINE

 

Ma mère a 103 ans. Cela fait 10 ans qu’elle est en résidence pour personnes âgées. Pendant  ces années, elle a perdu progressivement ses facultés physiques et mentales. A présent elle n’a même plus de sensibilité au contact de ma main, elle est devenue comme un végétal, c’est-à-dire qu’on peut la nourrir, ses organes sont sains, mais  le cerveau ne répond plus. Une sorte de coma qui ne nécessite aucun appareil de survie.
Puis-je me permettre de dire à sa place ce qu’elle ne peut plus exprimer? la terreur et la révolte extrême de se savoir réduite à cet état qui n’a plus rien de ce qu’elle considérait comme humain, comme digne de ses valeurs, comme digne du bonheur de vivre. La révolte de se voir soumise à une morale aux racines religieuses qui ne correspond aucunement à sa philosophie.
J’espère que notre humaine sensibilité nous aidera à formuler des lois respectueuses de notre dignité, de notre liberté, donc de nos choix de vie et des modalités de notre mort.

Écrire commentaire

Commentaires: 0