NATHALIE

Je suis française mais également administratrice à l'ADMD Belgique ...où je vois ou entends chaque semaine nombre de compatriotes (et personnes de nombreux autres pays aussi) qui souhaiteraient pouvoir mourir dignement chez eux !
Ce qui me désole lorsque je prends la parole en France, c'est d'entendre trop souvent les gens dire "mon médecin saura quoi faire le moment venu.." ou " moi, aller manifester ? Oh non."
On ne peut toujours compter sur les autres et il est affligeant que ce sujet - la mort - qui nous concernera tous, ne motive pas plus nos compatriotes, alors que les opposants au mariage pour tous sont sortis dans les rues par centaines de milliers pour un sujet qui ne concernait qu'une minorité de femmes et d'hommes !!

Bravo pour ce que vous faites. 

 

En Belgique, j'ai assisté au départ choisi de plusieurs amis, ce témoignage correspond à l'un d’eux.

 

 Mariette, avait 67 ans. Après s’être soignée et battue pendant plusieurs années... la maladie l'a rattrapée pour ne plus la lâcher : rechutes, chimios, répits de plus en plus courts, nouvelles métastases, etc. !

 

A un moment, l'épuisement, tant physique que psychique, et l'horizon qui s'assombrissait sans espoir ont fait qu'elle a demandé à son médecin à bénéficier d'une euthanasie. Cela faisait des années que Mariette avait établi un dialogue avec son généraliste qui lui avait promis d'être là et qui n'a pas failli le moment venu

 

Elle et moi nous connaissions depuis longtemps. Elle vivait seule et n'avait pas d’enfants, une cousine éloignée avait promis d’être là. Mariette avait décidé de mourir chez elle.

 

Le jour choisi, nous avons encore discuté paisiblement, amicalement, avant que son médecin n'arrive. Il y avait des mois que je n'avais vu mon amie si sereine et souriante. Elle était rassurée !

 

Le docteur D. a redit à Mariette qu'elle pouvait changer d'avis si c'était son souhait. "Non, docteur, c'est maintenant, je vous remercie d'être là".

 

Nous nous sommes tenues la main et très vite, après l'injection, cette main dans la mienne s'est détendue... Mariette était partie.

 

Sa cousine est arrivée … après et je n’avais plus de raison de rester.

Ce médecin a été formidable, je sais que pour lui ça n'était pas facile, mais il a tenu parole et n'a pas abandonné sa patiente !

 
 

 

Une autre de mes amies va bientôt partir et je serai là. Hier, elle m’a dit « Maintenant que je suis rassurée, je me concentre sur le présent et ses petits événements ... »

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0