CABMED

 

 Mon père a disparu il y 4 ans d une SLA dite maladie de Charcot, il a souffert énormément à cause de ses douleurs, malgré le traitement administré, il avait néanmoins stoppé le traitement "freinateur", se sachant condamné. S'il avait eu la possibilité de partir dans la dignité, ce dont tout être humain a le droit de bénéficier, il serait je crois, parti certainement plus serein. Notre pays a encore d'énormes lacunes dans le domaine de la santé publique pour être considéré comme un pays respectant réellement les droits de l'homme.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0