CATHERINE

Adhérente à l’ADMD, j’entends aujourd’hui à la radio beaucoup de sujets sur les évolutions des droits des femmes et, notamment, du droit à l’avortement. 
 
On y revient en particulier sur le manifeste, dit des “343 salopes”, qui a contribué, en 1971, à faire bouger les lignes. 
 
J’enfonce peut-être une porte ouverte. Sans doute avez-vous déjà réfléchi à cette possibilité. Mais, voyant sur le site de l’ADMD le témoignage de Véronique Sanson, ayant rencontré Noëlle Chatelet et lu ses ouvrages, je me demande si un manifeste, signé notamment par des personnalités, moins sujettes peut-être à poursuite pénale que le commun des mortels,  ayant aidé un proche à partir dignement ne pourrait pas être intéressant. Encore faut-il que les signataires soient suffisamment nombreux. 
 
Je voudrais dire enfin mon admiration aux jeunes de l’ADMD qui ont dépassé le fantasme d’immortalité pour s’intéresser à un sujet que, pour ma part, je n’ai découvert  qu’assez récemment, avec la fin de vie de mes parents et la maladie neuro-dégénérative de mon mari. 
 
21 ans en 1971 et dans la bagarre pour le droit à l’avortement, que n’ai-je aujourd’hui l’énergie qui me permettrait, pourquoi pas, de battre le pavé pour cette autre facette du droit à disposer de ma vie, à n’être la chose ni de la médecine ni d’aucune idéologie ? Et de tirer de ce droit un amour accru pour la vie. 
 
Merci à vous et bien cordialement 
Catherine

Écrire commentaire

Commentaires: 0