MARTINE

Mon mari a fait un AVC en 2006, ont suivi de nombreuses complications médicales qui ont mis sa vie en péril. Depuis il a récupéré, il marche, il parle mieux mais a perdu l'écriture et la lecture. Il était ingénieur de haut niveau. Je sais que si tout à coup sa santé se détériore et qu'il souffre, il ne veut pas d'acharnement thérapeutique et je ferai alors tout pour l'aider, pour qu'il puisse mourir dans la dignité et la sérénité.

Commentaires: 0