TÉMOIGNAGE D'ANNE BERT (AUDIO)

Écrire commentaire

Commentaires: 21
  • #1

    1984 (lundi, 02 octobre 2017 12:29)

    La prise de position de Mme Bert et sa décision sont infiniment respectables.

  • #2

    ANDLAUER (lundi, 02 octobre 2017 12:55)

    Je pense que notre société doit permettre à chacun d'entre nous de disposer librement de choisir de vivre ou de mourir.
    L'esclavage est à bannir.
    Merci not' bon maître!

  • #3

    Henri Gilles (lundi, 02 octobre 2017 12:59)

    Comment un homme de sciences peut prétendre tout savoir, en soit c'est un non-sens !

  • #4

    HEBERT (lundi, 02 octobre 2017 13:12)

    Respect à vous Mme Bert, vous êtes très courageuse �

  • #5

    Marie-Flore POLI (lundi, 02 octobre 2017 13:15)

    Merci Docteur, votre négation du cas d'Anne BERT l'a contrainte à aller s'exiler pour mettre fin à sa souffrance. Aujourd'hui nous perdons une icône de notre lutte qui vous fera peut-être réviser votre position. ADIEU MADAME.

  • #6

    Joliot Andre (lundi, 02 octobre 2017 13:33)

    Je pense que l'être humain a la droit de décider du jour de sa mort
    Certains pays comme le Japon légalise
    Liberté liberté chérie !
    . . . . Andre.

  • #7

    GROSMAN (lundi, 02 octobre 2017 14:01)

    les paroles sont belles ....mais la réalité est toute autre ! J'ai malheureusement assisté à la mort de plusieurs proches et les conditions m'ont fortement encouragée à rejoindre l'ADMD mais j'ai peur de ne pas être entendue par le corps médical si j'ai besoin d'aide ....
    Christiane

  • #8

    Cookie (lundi, 02 octobre 2017 14:08)

    Mon vieux père(près de 97 ans) s'est laissé mourir de faim, voyant qu'il ne pourrait plus rester chez lui. On l'a "nourri"= maintenu en vie avec du glucose.. jusqu'à ce qu'il tombe dans le coma = presque deux mois...
    La SLA: je l'ai vu s'abattre sur mon amie de jeunesse, détérioration foudroyante en un an, elle est morte, dans un état épouvantable, à peine plus de deux ans après. Je comprends donc tout à fait la démarche de Mme Bert. Oui, n'imposons pas à nos proche de nous tuer, il faut nous aider médicalement, si nous ne pouvons plus le faire nous mêmes.

  • #9

    LEMOINE (lundi, 02 octobre 2017 14:15)

    Je pense que la liberté de mourir, dans le cas d'une maladie très grave, nous appartient. Je peux comprendre qu'un médecin refuse d'accomplir l'acte fatal. Une loi claire sur ce sujet s'impose. Se donner la mort, n'est pas un acte facile, mais plutôt courageux. Mais la souffrance n'est pas non plus admissible, surtout lorsqu'il n'est pas de guérison possible. Je comprends Madame Bert et toutes les personnes qui ont recoure à cet acte. A.Lemoine

  • #10

    mara (lundi, 02 octobre 2017 14:56)

    lorsque l'on a une maladie grave (pour moi la SEP) et que personne ne sait soigner, quand on arrive à un stade ou l'on ne peut plus rien faire seule. Dites moi quelle qualité de vie nous avons ??? J'aimais la vie, j'avais un boulot que j'adorais (quelle chance) et cette foutue maladie m'a laissé le temps d'élever ma fille qui maintenant à 33 ans, je suis grand mère de 2 belles petites filles mais je ne peux rien faire avec elles sauf l’aînée qui me dit de temps en temps "c'était bien mamie quand tu pouvais marcher" et oui c'est sure. Mais la souffrance morale est insupportable de tout attendre pour tout. Je voudrais partir dignement mais seule je ne peux pas, ma famille me comprend mais ne peut pas m'aider. Que me reste t'il m'ouvrir les veines mais quel spectacle pour mes proches !!!
    je suis adhérente ADMD depuis 2013 mais rien n'avance en France, je ne veux pas partir en Maison de retraite (j'ai 62 ans) car je connais très bien le fonctionnement. Alors ce que je voudrais c'est avoir un médicament à la maison que je pourrais prendre quand le besoin s'en fera sentir. Et là je serais sereine car actuellement je stresse énormément pour la suite. En fait ça me bouffe la vie.
    Je remercie énormément Mme BERT qui par toutes ses interventions (radio, 7 à 8, revues + réseaux sociaux) à je pense fait prendre conscience du gros problème de la fin de vie en France et j'espère de tout coeur qu'elle n'aura pas fait tout ça pour rien.
    Chaque individu est libre de son corps et je ne comprends pas la position de la France (pays des droits de l'homme) de ne pas laisser le choix à chaque individu de se prendre en charge.
    A QUAND UNE LOI DE LIBERTE POUR SA FIN DE VIE EN FRANCE ????


  • #11

    dewailly (lundi, 02 octobre 2017 15:10)

    Je viens d'apprendre la mort ce jour de cette dame .
    Vous savez les médecins pour beaucoup d'entre-eux , ils ne sont là que pour gagner un maximum d'argent avec la complicité des labos et dans ces cas-là , rien de les dérangent , ni notre santé , ni notre bien-être beaucoup de mensonges , et aussi du mépris comme souvent à notre égard , je sais de quoi je parle pour plusieurs raisons donc une , je suis malade à cause d'un vaccin et le parcours est dur et triste .heureusement certains se battent à nos côtes, des médecins qui savent encore la valeur du serment d 'hippocrate.

  • #12

    Geneviève holtzappel (lundi, 02 octobre 2017 15:19)

    C'est un acte courageux de décider de partir dignement. Que faire de mieux quand vous souffrez d'une maladie incurable. Je comprends Mme Bert.

  • #13

    mara (lundi, 02 octobre 2017 15:21)

    IL FAUT UN REFERENDUM ET VITE COMME CA NOS POLITIQUES FRILEUX N AURONT RIEN A DIRE

  • #14

    Annie Flous (lundi, 02 octobre 2017 15:50)

    Honte a vous docteur Levalois , esperez ne jamais etre malade et dependant des autres pour vivre ... Comment pouvrz vous ignorer les tourments des grands malades et leurs souffrances insupportables Vive madame Bert qui vous a enregistre un message intelligent tellement vrai avant de partir J ai beaucoup frequente les longs sejours les soins palliatifs de 2000 a maintenant Le personnel est devoue , tres bien forme
    Mais certaines situations les debordent . J ai perdu ma belle mere l annee derniere d un cancer gynecologique d une ampleur pdu ordinaire , une tumeur externe de plus de 20 centimetres . Des soins au masque pour l endormir , ces gemissements me hantent
    La sedation profonde et l arret de l alimentation , des yeux qui s enfoncent dans le crane , le nez qui se pince, la peau qui change
    Les troubles respiratoires affreux et ses derniers jours bruyants , on aurait dit une machine dans la chambre ..jusqu a ce que le coeur finisse par lacher . Quelle agonie , pourquoi ? QUAND ON SOUFFRE a ce point . Ah non , la France n est pas moderne et a peur de tout Qu on nous laisse choisir et que les autres soient libres de faire ce qu ils veulent meme de se suicider car vous encouragez cette pratique docteur. Du coup on a compris que vous n etiez pas catho juste froid, pas concerne et sans coeur






  • #15

    Gil (lundi, 02 octobre 2017 15:54)

    Lorsque ma vie dépendra de traitements,de médicaments avec tous leur éffets secondaires au point que mon quotidien tournera autour de mes potions magiques,imposant à mes proches des préoccupations qui influeront sur leur quotidien,je souhaite pouvoir mettre fin à ma vie,hors le suicide qui laisse tellement les proches marqués.à moins que l'on m'indique comment faire pour que celà soit propre,rapide,sans douleurs.

  • #16

    Yann56 (lundi, 02 octobre 2017)

    Ce type de médecin omnipotent n'a pas sa place dans une société digne et juste à laquelle on aspire. On espère que ces propos péremptoires et arrogants ne sont pas représentatifs du corps médical dans son ensemble. Dans sa suffisance aveugle il ne se pose pas la question de savoir pourquoi dans d'autres pays les lois ont évolué. La France y viendra aussi un jour inévitablement mais avec un train de retard comme souvent et d'ici là encore beaucoup de souffrances inutiles.

  • #17

    Anne Torunczyk (lundi, 02 octobre 2017 16:14)

    je trouve que le message de ce docteur ne mérite pas les invectives dont il est l'objet. Je ne suis pas d'accord avec lui, mais le qualificatif d"immonde" me parait totalement inapproprié. Dans ce domaine comme dans d'autres, nous devons être capables d'écouter les arguments des autres, sans les invectiver !

  • #18

    Deray Anne (lundi, 02 octobre 2017 16:39)

    Quelle force dans cette dernière réponse d’Anne Bert.
    Non, l’agonie sous sédatifs n’est pas un simple geste technique. C’est le choix d’une mort lente où tout geste d’apaisement est interdit aux proches.
    Je ne veux pas faire subir cette horreur à ceux que j’aime.
    Mes respectueuses condoléances aux proches d’Anne Bert, avec ma sincère admiration pour son combat

  • #19

    Mazières Jacques (lundi, 02 octobre 2017 16:47)

    Je connais bien ce "docteur" qui se fait régulièrement siffler dans les réunions et clame que l'on ne peut pas demander un médecin de "tuer", (il faut appuyer sur le mot qui fait mal) ! Un médecin ne tue pas, il "aide". Anne Bert pouvait se suicider ! Oui, mais de quelle façon ? Les quelques médicaments qui permettent de se suicider proprement sont retirer de la vente. Il pense sans doute que mourir étouffé ne dure pas si longtemps que ça ? Cet homme ne mérite pas le nom de médecin ni même d'être humain. Le médecin qui laisserait - je pense évidemment à Devalois - comme cela s'est produit plusieurs fois, un malade mourir par étouffement de la SLA, serait, j'ose le dire et le revendique, ni plus ni moins qu'un assassin ! Seul point d'accord, on ne demande pas à un médecin de "faire", mais dans ce cas, c'est la Suisse ou les bénévoles sont dans une totale empathie.

  • #20

    GUERLUS COLETTE (mardi, 03 octobre 2017 00:12)

    Comme d'habitude la France a du retard, mais il faut faire travailler les laboratoires !!!! DITE MOI DOCTEUR, nous avons pitié de la souffrance des animaux domestiques que les veterinaires stoppent mais l'être humain il faut qu'il souffre et surtout qu'il fasse travailler les labos. VOUS NE MERITEZ VRAIMENT PAS D'ETRE APPELER MEDECIN

  • #21

    LECLERCQ (jeudi, 05 octobre 2017 11:29)

    On stoppe la souffrance de nos amis les bêtes, on accepte les IVG ! malgré tous les moyens existants ! Mais nous humains en fin de vie, dans l'agonie, devons rester, tenir bon!!! car nous sommes les bons clients de toute une économie et politique pourrie!! on nous pourrit notre existence avec l'industrie pharmaceutique, toute la chimie dans notre alimentation, de notre environnement...Cela suffit, réveillons nous, battons nous! Cela nous concerne, c'est notre liberté de dire stop!
    Nous voulons une chose, et qu'on nous la prenne pas : la décision de partir avec l'aide de la fin de vie.