GÉRALDINE

Une bizarre conception de la fraternité que de laisser le choix à une personnes de ne pouvoir se donner la mort que dans des circonstances pénibles pour elle et ses proches. Ce docteur connait-il la réalité des moyens laissés à une personne hors du corps médical pour se suicider sans douleur? Sans laisser à ses proches un corps supplicié? Quel drôle de concept que de pousser quelqu'un à choisir l'autolyse dans la souffrance et la solitude quand d'autres pays (qui ne se réclament pas Patrie des Droits de l'Homme) ont choisi d'offrir non seulement à ces mêmes personnes mais aussi à leurs proches des solutions de confiance et de partage. Je suis triste de savoir que, si je fais le choix de Mme Bert et de bien d'autres personnes, je ne pourrai pas rentrer en France, dans mon pays, auprès des miens. J'aurai à défaut la consolation de rester dans un pays qui me soutiendra et accueillera mes proches.

Écrire commentaire

Commentaires: 0