MARA

Lorsque l'on a une maladie grave (pour moi la SEP) et que personne ne sait soigner, quand on arrive à un stade ou l'on ne peut plus rien faire seule. Dites moi quelle qualité de vie nous avons ??? J'aimais la vie, j'avais un boulot que j'adorais (quelle chance) et cette foutue maladie m'a laissé le temps d'élever ma fille qui maintenant à 33 ans, je suis grand mère de 2 belles petites-filles mais je ne peux rien faire avec elles sauf l’aînée qui me dit de temps en temps "c'était bien mamie quand tu pouvais marcher" et oui c'est sûr.

Mais la souffrance morale est insupportable de tout attendre pour tout. Je voudrais partir dignement mais seule je ne peux pas, ma famille me comprend mais ne peut pas m'aider. Que me reste-t'il m'ouvrir les veines mais quel spectacle pour mes proches !!!
Je suis adhérente ADMD depuis 2013 mais rien n'avance en France, je ne veux pas partir en maison de retraite (j'ai 62 ans) car je connais très bien le fonctionnement.

Alors ce que je voudrais c'est avoir un médicament à la maison que je pourrais prendre quand le besoin s'en fera sentir. Et là je serais sereine car actuellement je stresse énormément pour la suite. En fait ça me bouffe la vie.
Je remercie énormément Mme BERT qui, par toutes ses interventions, (radio, 7 à 8, revues + réseaux sociaux) a, je pense, fait prendre conscience du gros problème de la fin de vie en France et j'espère de tout coeur qu'elle n'aura pas fait tout ça pour rien.
Chaque individu est libre de son corps et je ne comprends pas la position de la France (pays des droits de l'homme) de ne pas laisser le choix à chaque individu de se prendre en charge.
A QUAND UNE LOI DE LIBERTE POUR SA FIN DE VIE EN FRANCE ????

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Amélie (dimanche, 31 décembre 2017 18:28)

    Merci madame pour votre témoignage qui correspond tout à fait à ma situation et à mon propre ressenti, même si nos pathologies sont différentes. Tumeur cérébrale dite "bénigne" pour moi, mais très difficile d'accès. Donc ce n'est pas bénin d'avoir un truc qui grossit dans la tête et modifie peu à peu toutes les perceptions physiques de ce qui m'entoure. Par contre toutes mes fonctions intellectuelles sont bien présentes. J'ai toujours eu une bonne condition physique qui fait qu'aujourd'hui, je suis très résistante. Mon agonie va être très longue...

  • #2

    mara (lundi, 05 mars 2018 14:00)

    je vous comprends Amélie,en ce qui me concerne j'attends la fin de l'étude sur la bioéthique en France qui est en cours actuellement pour prendre ma décision, mais j'ai déjà des contacts avec la SUISSE et là je pourrai avoir droit à un suicide assisté. Courage à vous