PATRICK

 

L'avis de ce médecin reflète bien le point de vue de nombreux médecins. Il refuse de regarder en face le fait qu'en laissant mourir quelqu'un de faim et de soif sous sédation, sans savoir de façon certaine quelle est sa souffrance, il s'agit ni plus ni moins qu'une action volontaire et consciente entraînant la mort, donc totalement équivalente à une injection létale, quoi qu'il en dise. Mais avec en plus un risque de souffrance potentiel.

On peut comparer ce débat à celui sur l'avortement. La loi actuelle est hypocrite et rétrograde. Il faut que le législateur écoute la voix de la majorité et pas celle du lobby des médecins. 

 

Les médecins n'ont pas à décider seuls de ce que la société souhaite sur ce sujet. Si la société souhaite mettre en place une assistance active pour la fin de vie, ils ont le droit d'avoir un avis, comme tout citoyen, mais pas de s'y opposer. On peut comparer ce débat à celui sur l'avortement. La loi actuelle est hypocrite et rétrograde. Il faut que le législateur écoute la voix de la majorité et pas celle du lobby des médecins. 
On peut comprendre la difficulté pour un médecin de donner la mort, mais son rôle est de soulager ses patients, pas de les maintenir en vie à tout prix. Il faut relire le serment d'Hippocrate qui ne dit pas autre chose.

Écrire commentaire

Commentaires: 0