GITANE

Aujourd’hui, 4 octobre 2017, je viens de recevoir une convocation pour une visite de suivi concernant mon époux atteint de la maladie de Charcot. 
Mon époux est décédé de cette maladie le 8 septembre dernier. Cela en dit long quant au sérieux du suivi médical…..
 Se sachant atteint de cette maladie depuis décembre 2015, mon époux a été très clair quant à sa fin de vie. 
Très tôt, il a écrit ses directives anticipées ( refusant tout traitement intrusif type gastrostomie, intubage et autre….) Très tôt il a exprimé sa volonté de pouvoir partir quand il estimerait le moment venu, étant le mieux placé pour savoir ce qu’il pouvait endurer et supporter.
 Au bout de 2 ans ce moment est  venu et mon époux a demandé à pouvoir partir en s’endormant sans souffrance .
Malgré des directives très claires et une demande réitérée à plusieurs reprises tant à ses proches qu’aux différents médecins intervenants, il a fallu se battre contre l’équipe médicale qui jusqu’au bout s’acharnait à le maintenir dans un semblant de vie, alors que cette maladie est totalement incurable et que la seule issue est la mort dans d’horribles souffrances tant physiques que psychiques.
Ce n’est qu’en menaçant de faire un article dans les journaux relatant ce non- respect de la demande d’un mourant, que l’équipe médicale a enfin accepté de mettre mon époux en sédation profonde.
Mon époux (tout en gardant conscience  de tout ce qui se passait) s’est donc éteint enfin, apaisé après 2 ans de maladie plus lourde de jour en jour, et ayant enduré durant 4 jours des souffrances insupportables qui auraient pu être évitées.

 

MESDAMES ET MESSIEURS LES MEDECINS SI C’ETAIT VOS ENFANTS OU VOS CONJOINTS, JE GAGE QUE VOUS N’ AURIEZ PAS CET ACHARNEMENT ENVERS VOS PROCHES POUR LES MAINTENIR EN VIE OU PLUS EXACTEMENT LES MAINTENIR DANS UN ETAT DE MORTS VIVANTS.

 

En revanche un très grand merci aux équipes d’aides- soignantes qui durant 2 ans nous ont accompagnés, rendant un peu plus supportable l’insupportable.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0