PAULE

Membre de l'ADMD et du groupe santé de la LDH, section de St . Malo, je milite depuis longtemps pour obtenir en France une loi semblable à celle qui est appliquée en Belgique.

L'une de mes amies d'enfance a mis fin à ses jours en août 2017. La violence de sa mort me hante car nous avions longuement discuté à ce sujet, elle avait rempli ses directives anticipées.

A 88 ans, elle vivait seule, conduisait sa voiture, s'intéressait activement à la politique, adorait le cinéma, la mode, la convivialité, la vie. Perturbée par un cancer de la peau sur le visage, épuisée par des malaises cardiaques, elle craignait par-dessus tout la dépendance et ne voulait pas envisager de finir ses jours assistée. Elle n'a pas voulu attendre le jour de trop.

Elle savait que je l'aurais aidée et assistée dans cet ultime moment, mais le 8 août dernier, dans la journée, elle est partie seule avec sans doute une dose de tranquillisants, se jeter dans la Vilaine, près d'une écluse où étaient installés jadis ses grands-parents, sans un mot pour ceux qui l'aimaient et qu'elle aimait, par crainte de les amener à cette situation de "non assistance à personne en danger" qui condamne tous nos proches à une mort violente et solitaire .

Quand donc cessera cette hypocrisie...

Paule 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0