MARIE-NOËLLE

Je pense que ce Docteur Devalois Bernard, directeur du Centre de recherche ( ? ) et d'enseignement ( !!! ) interprofessionnel "bientraitance et fin de vie" devrait être redirigé vers les services " maltraitance et abattoir "!

Qu'oppose-t-il à l'immense dignité, au langage éclairé malgré la souffrance, si décent et respectable de cette femme qui subit cet atroce martyre physique et psychique depuis des années et dont la condition se détériore de jour en jour ? Une ignoble grande souffrance supplémentaire : Celle de lui porter un coup supplémentaire qui ne sera même pas fatal, en lui faisant injure !

Et c'est un coup indigne, surtout de la part d'un médecin, qui, à ce qu'il semble et malgré ses nobles - mais j'en doute - qualifications, n'a aucune empathie pour les malades et la maladie.

La plupart des lecteurs ne se savent pas ce qu'est la maladie de Charcot, et c'est heureux pour eux car elle fait partie des plus abominables qui soient !

Mais il est inconvenant de la part d'un médecin digne de ce nom de répondre à ce plaidoyer douloureux (et pour la faire courte) : " Arrêtez vos blablas, suicidez-vous et basta ! " C'est une honte qui me donne des frissons de colère , d'indignation et d'abomination même ! Se prend-il pour Dieu - qui n'accepte pas le suicide -? a-t-il le droit de juger ? Non ! Son devoir primordial est aussi et surtout celui de comprendre et d'assister dans leurs dernières volontés ceux qui souffrent et sont en état de désespérance et de le faire dans la plus grande des dignités, celle de la compassion . Dans ce monde, on a de la compassion pour son chien malade sans espoir de guérison et parce qu'il souffre, on l'euthanasie en douceur, et on le fait aussi pour les chevaux... La pitié que l'on éprouve pour les animaux, Le Docteur Devalois et le corps médical français ne pourraient-ils pas le mettre en oeuvre définitivement pour les hommes et femmes qui souffrent injustement de façon insupportable au lieu de s'embourber dans de faux débats dogmatiques, sans doute chrétiens ! 
Il est facile de se suicider .. ( quand on en a encore les moyens physiques ) mais ce n'est pas vraiment si simple lorsqu'on voudrait agir proprement et dans la dignité. 
Ces médecins ne connaissent rien à la souffrance, ils la voient ou plutôt, ils la regardent seulement. En attendant malgré leur foi probable qu'ils nous opposeront, sans doute n'honorent-ils qu'un seul Saint : Saint Glinglin !

Madame, je vous admire et je suis vraiment de tout cœur avec vous!

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0