LUCIENNE FOUCRAS

J'ai eu une fois l'occasion de rencontrer Marie de Hennezel.

Elle est pleine de bons sentiments mais elle est à côté de la plaque. Je n'ai rien pu lui faire entendre. Qu'elle défende les soins palliatifs est son droit. Je n'ai rien contre eux sauf qu'ils sont très insuffisants.

Mais, d'expérience (j'ai accompagné mon mari dans sa mort suite à une SLA), elle n'arrive pas à comprendre que les grands malades qui n'ont aucun espoir de guérison aspirent à mourir. La mort est pour eux une délivrance et c'est inhumain de leur refuser cette délivrance. Si elle est chrétienne (ce que j'ai tendance à penser) elle manque au devoir de charité.

Je voudrais qu'elle lise la dernière partie de mon livre "Hippocrate, si tu savais" (préfacé par le Pr Albert Jacquard" et édité par Marco Pietteur), partie que j'ai consacrée à cette question et où j'essaie d'engager un dialogue avec elle.

Les Belges ont très bien compris. La France est très en retard.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0