JEAN-PIERRE

Une personne de mon entourage est très âgée, en maison de retraite depuis quelques jours. Sa tête ne suit plus : elle ne comprend pas la télévision, sait à peine l'allumer, ne sait pas demander de l'aide, marche en croisant les pieds et en risquant de tomber tout le temps, s'ennuie, pour tout cela, toute la journée, même dans cet établissement de qualité, n'a presque plus de mémoire ni de repères : si on lui dit qu'on l'emmène déjeuner chez nous après-demain, elle ne retient pas (donc impossible de se réjouir, et d'avoir ainsi un répit, de deux jours) ; le lendemain d'un moment de joie, elle a oublié ce qui s'était passé. D'où même problème.
Elle est également incontinente. Elle doit avaler des tonnes de médicaments pour ne pas avoir d'hallucinations. Elle ne rêve que de nous voir ; hors de cela, aucune joie.
Si un jour, elle nous dit : "je suis fatiguée de vieillir, stop s'il vous plaît"... , que lui répondra-t-on ? Il faut aussi se poser ces questions, ne pas les évacuer en se drapant dans sa dignité. Eviter aussi les faux semblants du style : "elle a 88 ans ; laissons faire la nature, elle finira bien par mourir...". Qu'est-ce que c'est que ces raisonnements ?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0