CATHERINE

Inutile de retracer 4 ans de maladie pour cancer anal de ma mère diagnostiquée à 68 ans et décédée à 71 ans.Il y a donc 5 mois.

Je vais écrire  sur cette ultime partie de sa vie, qui fut son combat ainsi que le mien, moi sa fille unique. Combat face à la maladie mais le plus terrible, combat face aux blouses blanches.
Sa fin a été le dénouement logique des soins sans empathie, sans amour de son prochain, négligents et affichant même du dégoût.

Voici le lot de proches, qui se battent pour leurs parents si fragilisés et parce qu'ils s'insurgent face à une médecine si discriminatoire, si déshumanisée et bien elle fait payer le prix fort jusqu'au trépas.

J'ai supplié pour la mise en place d'une sédation profonde. Ma mère est décédée le 1er juin 2017 à 20h30, elle n'a eu la sédation qu'à 10h30 le matin ce même jour. A 19h je lui prends la main et essuie une larme qui coule sur sa joue. Ses yeux sont mi-clos. Elle  tourne sa tête et sourit aux anges.

Une augmentation de dose morphinique l'a menée à un arrêt respiratoire. Elle a écarquillé ses yeux, prise de panique, et levé ses deux bras vers le plafond .

Le dernier souffle (long) et ce regard tourné vers le néant, infiniment triste. Il est 20h30 précise.

Chaque jour, je revois son regard et me dis que le combat  ne fait que commencer.

Écrire commentaire

Commentaires: 0