S

Une ainée m'avait laissée ses directives anticipées de fin de vie. Or, je m'interroge quant à leur respect : on m'avait assuré qu'elle était tellement shootée qu'elle ne sentait plus rien, n'avait plus conscience de rien ; un peut comme une anesthésie générale... ; limite si pas plus "profond".
Alors pouvez-vous m'expliquer pourquoi, alors que j'arrivais, elle avait, parfois, un micro mouvement de tête et, quelque temps après, des larmes coulaient sur une joue frémissante ? Les jours qu'ont durés cette agonie, à ce qu'elle ne soit plus alimentée... n'était-ce pas une souffrance pour elle ? Je n'évoque même pas ses descendants et/ou toute autre personne touchée par ce qu'elle voyait, là.

Écrire commentaire

Commentaires: 0