GÉRARD

Bonjour Marie,

Comme vous l’avez mainte fois dit : «vous êtes une éternelle optimiste», ce qui n’est pas mon cas, vous l’avez peut-être déjà remarqué! Sans doute cet état d’esprit positif rend l’existence plus supportable; je peux le comprendre, mais n’en ai pas l’expérience.

Hier, vous étiez pleine d’espoir :

«J’ai reçu hier après-midi un appel d’un Administrateur auprès du Secrétaire Général du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE). Il m’invitait à être auditionnée avec Nathalie Gueirard Debernardi, qui est à l’origine de l’autre pétition sur l’aide active à mourir.»

Je suis très méfiant, mais content pour la cause que vous défendez avec un courage et une ténacité remarquable, cause à laquelle j’adhère complètement, même si un point me titille légèrement. Je vous l’ai déjà écrit, vous vous en souvenez sans doute. Je n’ai malheureusement pas avancé d’un pouce.

Dans ce même courrier, j’évoquais le cas BUZYN, car oui, vous avez raison, il est surprenant qu’une femme ayant dû côtoyer en tant qu’oncologue et, si je me souviens bien de son élogieux CV, qui plus est, dans le secteur pédiatrique…! Je pense que j’avais alors signalé un léger écart dans cette brillante carrière : son passage à la direction de la HAS durant une année (ce n’est pas anodin!).

Vous écrivez : «Je ne suis pas surprise par sa réponse, une suite de lieux communs redits mot pour mot pour la énième fois, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander pour quelle raison cette femme a été choisie par notre Président… ». Effectivement, il n’y a rien de surprenant, ce n’est plus un médecin qui s’exprime, mais un ministre aux ordres d’un «je suis le seul à savoir». Un ministre est un politique et peu de politiques prononcent autre chose que des discours creux; du vide! Pour le reste, il ne vous a pas échappé que le gouvernement, dans son intégralité, est aux ordres du roi! Notez que je me garde d’utiliser d’autres qualificatifs qui conviendraient tout aussi bien à cette personne (je parle du roi, bien sûr).

Permettez-moi de passer maintenant à la fin de cette phrase : 

«… choisie par notre Président pour s’occuper de ce ministère si sensible, qui demande autant d’humanité et d’empathie que de compétences professionnelles, alors qu’elle est si haut perchée dans son rôle d’experte médicale qu’elle est complètement déconnectée de ce que nous vivons tous...». Oui, ici encore comment ne pas être en accord avec ces propos?

Toutefois je mettrais un bémol sur « qu’elle est si haut perchée dans son rôle d’experte médicale…». Ce n’est pas parce que l’on a éventuellement été une star dans sa discipline que l’on maîtrise tout ce qu’englobe «La Médecine», tant s’en faut!

Pour moi, cette place lui était destinée, bien avant les élections présidentielles : pourquoi ce passage par la HAS? Peut-on reprocher à un élu par le peuple français (une parti seulement, vous me l’accorderez), d’avoir, sur ce coup, suivi ses promesses électorales, à savoir : mettre en place des personnes compétentes! Je n’ai rien à dire sur ce point, putativement, elle devrait avoir la compétence! Méfions-nous toutefois des médecins spécialistes, ils peuvent parfois ne plus être compétents en médecine générale. Ils peuvent n’être particulièrement compétents dans leur spécialité, voire même y être particulièrement pointus, ce qui est loin d’un tout!

Autre chose : souvenez-vous des anciens ministres qui ont successivement occupé ce poste «si sensible, qui demande autant d’humanité et d’empathie que de compétences professionnelles». La dernière en date, MST, était économiste et n’avait aucune compétence médicale; le fait d’évoluer dans un environnement de culture médicale ne fait pas de vous un médecin…! Par ailleurs, avoir à ses côtés un ambassadeur peut aider à obtenir un ministère! Pour finir vous savez aussi bien que moi, peut-être même mieux, que ces postes sont interchangeables surtout si l’on a fait un passe par l’ENA…! Nous n’allons pas continuer, mais, il y a peu, nous avons eu le droit à une pharmacienne qui a mis huit ans pour décrocher son diplôme d’officine et elle a effectivement fait de grandes choses…

Marie, excusez-moi si cet écrit, qui vous est spécialement destiné, est un peu agressif…! Vous ne pouvez pas ne pas comprendre mes réactions. Bien évidemment, ces réactions n’entravent en rien le profond respect que j’ai pour vous et pour votre action.

 

Ma réponse à Gérard:

 

D’abord une précision. Entre la mise à jour annonçant la bonne nouvelle en provenance du CESE et la suivante, qui fait part aux signataires de la posture inchangée de Madame Buzyn à propos de l’aide active à mourir, il n’y a pas de changement d’humeur de ma part, contrairement à ce que vous semblez penser. 
Je suis ainsi faite que je ne peux pas manquer d’honnêteté envers mes interlocuteurs, qui qu’ils soient. Aussi, j’aurais eu le sentiment de les tromper si je ne leur avais pas fait part de ce court échange entre le Député Falorni et la Ministre Buzyn, même si celui ci avait de fortes chances de rester plutôt confidentiel, car je doute que les Français soient très nombreux à aller sur le site de l’Assemblé Nationale.
Ceci étant dit, comme je sais depuis un long moment que Madame Buzyn n’est pas à sa place à ce poste et qu’elle est complètement façonnée par ses études et sa carrière, certainement brillante mais complètement déconnectée de ce que vivent les Français ordinaires qu’elle ne côtoie pas, je n’ai pas du tout été surprise de ce qu’elle a répondu à Monsieur Falorni. 
Quant à être d’accord avec vous lorsque vous dites que  «  ce n’est plus un médecin qui s’exprime, mais un ministre aux ordres d’un « je suis le seul à savoir ». Un ministre est un politique et peu de politiques prononcent autre chose que des discours creux ; du vide ! Pour le reste, il ne vous a pas échappé que le gouvernement, dans son intégralité, est aux ordres du roi ! » je suis désolée mais il n’est pas plus ancré dans ce rôle de roi que ne l’étaient ses prédécesseurs. C’est le système politique français qui en est responsable. 
Depuis qu’il a été élu, et que l’on soit d’accord avec lui ou pas, et cela est un autre débat, Emmanuel Macron, contrairement à ses deux prédécesseurs, fait ce qu’il a dit qu’il ferait pendant la campagne présidentielle, et cela, nous ne pouvons pas le lui reprocher. Que ce qu’il est en train de faire ne plaise pas à tous, cela n’a rien de nouveau car il n’est pas de bonne guerre en France de donner sa chance au coureur…
Vous êtes bien cynique à propos des rouages de l’état, et je vous comprends de l’être, mais pour ce qui concerne la fin de vie et l’aide active à mourir, je suis persuadée qu’Emmanuel Macron n'est pas du tout opposé à faire voter une loi l’autorisant. Ainsi qu’il l’a dit à plusieurs reprises, les sujets autres que la remise en marche de la France au plan économique et de l’emploi, et les sujets connexes, sont ceux qu’il a décidé de traiter d’abord, et cela, nous le savons depuis la campagne électorale. Ce n’est pas pour autant que lorsqu’il aura franchi les premières étapes qu’il s’est engagé à franchir (avec plus ou moins de succès, mais laissons lui un peu de temps pour faire ses preuves, car on ne peut pas récolter ce qu’il a récolté de son prédécesseur et s’attendre à ce que tout « baigne » en six mois), il ne nous surprendra pas avec les lois sur la bioéthique, qui, je vous le rappelle, vont être revues au printemps 2018.
Alors oui, je suis une éternelle optimiste, mais je pense que j’ai de bonnes raisons de l’être. Je suis française depuis bientôt 40 ans. D’origine canadienne, j’ai vécu et travaillé pendant plus de 15 ans dans divers pays d’Asie et pendant aussi longtemps au Canada. Je pense connaître plutôt bien les différents rouages économiques et politiques des pays où j’ai vécu. Bref, j’ai roulé ma bosse et j’ai à ma disposition plusieurs éléments de comparaison que n’ont pas tous les Français. Je pense que notre Président, comme d’ailleurs le Premier Ministre canadien, font partie d’une nouvelle génération d’hommes et de femmes qui voient les choses autrement et ce à quoi j’assiste dans ces deux pays depuis qu’ils ont été élus me donne cause de ne pas partager votre vision désabusée.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    zazo de la Télindière (samedi, 02 décembre 2017 22:00)

    Je suis d'accord avec vous Marie. Notre président actuel est quelqu'un de très courageux et volontaire, il a dû le prouver. Mais souvent c'est l'Economie qui mène la danse, il n'est pas tout seul. Pour en revenir à Mme Buzin, médecin ou anciennement médecin, ceux qui passent voir leur clientèle en Ehpad ne leur consacre que 5 mns et encore... Comment peut-on ainsi prétendre connaître la problématique de ces fins de vie-là? J'ai même entendu un médecin dire qu'il ne supportait pas le face à face avec les personnes désorientées, se contentant autant que possible de visionner les infos les concernant, sur l'ordinateur pour envisager ou pas un changement de prescription. La doctoresse qui suivait notre mère depuis plusieurs mois dans son Ehpad croyait que celle-ci ne pouvait pas parler! Forcément, je l'ai vu faire une fois, rentrer vite fait bien fait avec un rapide "bonjour madame je vais prendre votre tension", suite à quoi je dis à ma mère que c'était sa doctoresse. Celle-ci me regarde d'un air limite ahuri et me dit, devant ma mère: "elle ne parle pas votre maman!!" Alors je répète à ma mère "maman, c'est ta doctoresse." Et notre maman bavarde, de sourire à cette femme: "Ah? Je ne savais pas que vous étiez ma doctoresse." Eh oui, ça prend du temps de se présenter comme étant le médecin auprès d'une mamie de près de 90 ans. Je comprends qu'un.e ministre ait autre chose à faire que de passer ses journées à écouter des personnes âgées ou souffrantes. Mais alors c'est à nous, tous, de nous bouger pour lui mettre clairement sous les yeux les infos qui lui manquent. Les lobbys eux, doivent sûrement aller de leur petite voix. Merci encore pour cette pétition Marie, et comme vous je le crois aussi, nous allons gagner. Faisons tout pour cela!

  • #2

    PIERRET Claudette (dimanche, 03 décembre 2017 11:26)

    Je partage les propos ci-dessus. J'ai du mal à avoir une opinion bien nette des idées et du travail de la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn.
    Le récent traitement du problème de la nouvelles formule du Lévothyrox me fait penser qu'elle ne creuse pas ses sujets et qu'elle a une fâcheuse tendance à les balayer d'un revers de la main quand ils lui posent un problème ou quand ils contrecarrent ses projets.
    Première chose qui ne plaide pas en sa faveur.
    Deuxième chose : le traitement du problème de la fin de vie.
    Soit elle débarque et ne connait pas son sujet parce que les missions, les commissions, les réunions, les débats qu'elle propose ont déjà tous eu lieu avec la Commission Sicard et bien d'autres réunions de citoyens. Nous dire que la loi Léonetti n'a pas été évaluée, c'est soit de l'ignorance, soit de la mauvaise foi parce que cette nouvelle loi, à part avoir changé de nom, et devenue "Claeys-Léonetti" n'a rien apporté de bien nouveau (ce sont toujours les médecins qui ont la décision finale) par rapport à la loi précédente qui, elle, comme je viens de l'écrire, a bel et bien été évaluée donc ??? que penser de ses propos ? S'exprime-t-elle en son nom propre ou au nom du Président ? Reçoit-elle des ordres pour tenir ce discours ?
    Mais, comme Marie, je veux rester optimiste. Notre Président, je pense, se penchera sur ce sujet quand ses priorités lui laisseront un peu plus de temps. Comment ne pas répondre à la demande de la quasi-totalité des Français ? Les opposants sont forts, riches et puissants mais je pense que leur levée de boucliers contre cette loi de liberté ne pourra plus tenir bien longtemps.
    La loi belge est une évidence, les malades Français se bousculent aux portes de ce pays pour pouvoir y mourir dignement et cette situation ne pourra pas durer éternellement, les Belges nous ferment déjà leurs portes parce qu'ils ne peuvent pas répondre à toutes les demandes qui les assaillent. La Suisse reste un pays accessible aux riches, tout le monde n'a pas les 10-12 000 euros à donner pour mourir selon sa volonté. Emmanuel Macron (et du coup Agnès Buzin également) ont là une chance de pouvoir associer leur nom à une loi de liberté "IVV" (Interruption Volontaire de Vie) pour faire écho à celle de Simone Veil "IVG" J'espère que l'ex-Belle-Fille de cette grande dame saura suivre le chemin de son-ex-belle-mère...

  • #3

    Gérard (lundi, 04 décembre 2017 00:53)


    « J’espère que l’ex-Belle-Fille de cette grande dame saura suivre le chemin de son -ex-belle-mère... »

    Oui, madame, vous donnez là une information que je me suis abstenue d’ajouter dans le courrier adressé, il y a deux jours, à Marie.
    Merci de l’avoir fait ! Pour moi, cette information s’associe très bien avec son bref passage à la direction de la HAS, ne pensez-vous pas ?