ELKE BAEZNER

En ce qui concerne la mort par arrêt d'alimentation et d'hydratation jusqu'à ce que mort s'ensuive, je suis folle de rage devant l'hypocrisie sans bornes, inhumaine, cruelle des médecins qui piqueraient sans hésitation leur chien  pour lui éviter une longue agonie, mais qui vous imposent, à vous, de vivre jusqu'au bout l'agonie de votre femme, votre mère, votre fils durant six longs jours et nuits, la plupart du temps deux fois plus, à faire des soins de la bouche comme seule aide, en attendant que la vie quitte le corps et l'esprit de vos proches, lentement, très très lentement.

 

Sachant la mort proche, acceptant la mort de leur patient, les médecins pourraient, avec son accord, au moins lui administrer suffisamment de morphine pour un sommeil très profond, en attendant la mort, ou mieux, juste lui mettre à disposition les 15 mg de NaP (Natrium-Pento-Barbital), le produit utilisé en Suisse pour l'assistance à la mort volontaire, ou un produit aux effets semblables. Ainsi, le malade perdrait conscience au bout de quelques instants seulement, et arrêterait de respirer quelques minutes plus tard, en douceur, sans résistance du corps, et sans aucune douleur.

 

 

Imposer au malade en fin de vie, au malade en proie à des souffrances insupportables,  inapaisables, et à leurs familles de telles souffrances, cette attitude du corps médical est d'une cruauté indicible, horrible, totalement opposé à la soi-disant pitié chrétienne !

 

 

Si cette méthode était aussi paisible qu'ils le prétendent, pourquoi ne la recommandent-ils pas à leur propre famille, ou ne la choisissent-ils pas pour eux-mêmes ???  Il est bien connu que le plus grand nombre de suicides est pratiqué par les médecins. Mais je n'ai encore jamais vu un seul qui aurait choisi cette méthode pour lui-même ! Pourquoi, pensez-vous ?

 

Excusez ce cri d'indignation, mais je ne supporte plus cette bigoterie, cette fausse dévotion, cette lâcheté de gens qui fuient leur responsabilité. N'étant plus la présidente de la DGHS ( Deutsche Gesellschaft für Humanes Sterben), obligée de formuler avec diplomatie et d'agir avec prudence, je peux enfin hurler toute ma rage au visage de qui  veut l'entendre.

 

Excusez-moi, mais merci beaucoup de m'avoir écouté et lu.

 

Avec mes meilleures salutations

 

Elke Baezner 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0